Amis de Saint Jacques de Compostelle Valonia + Bruselas + Belgica

Les chemins de pèlerinage

lundi 12 octobre 2009

La grande époque du pèlerinage à Compostelle fut les 11e, 12e et 13e siècle. On dénombrait à Compostelle jusqu’à 500.000 pèlerins par an.

Le ralentissement de la pérégrination commence lorsque suite aux guerres entre les Habsbourg et la couronne de France, les frontières se ferment. Puis viennent les guerres de religion avant que la révolution française ne sonne le glas du pèlerinage. Mais il y eut toujours des pèlerins sur le grand chemin de Monsieur Saint Jacques. Plus on est éloigné de Compostelle, plus les chemins pour s’y rendre sont nombreux et diffus. Au moyen-âge, toute l’Europe pèlerine a convergé vers Compostelle. Les pèlerins sont partis de régions de plus en plus éloignées. Il se produisit donc un brassage de peuples et de langues sur les routes conduisant à Saint Jacques. En 1987, le Conseil de l’Europe ne s’y est pas trompé quand il a reconnu dans le chemin de Compostelle, le premier itinéraire culturel européen. Il s’agit pour nous d’un héritage fabuleux, merveilleux, unique, irremplaçable, mais surtout commun à tous les pays qui constituent notre Europe d’aujourd’hui.

En 1132, un moine poitevin, Aymery Picaud de Parthenay-le-Vieux, va écrire le Codex Callixtinus, une oeuvre comportant 5 volumes. Le livre V est le Liber Sancti Jacobi qui est l’égal du "Quid" d’aujourd’hui. Dans ce livre, on va tout savoir sur les pèlerins et sur tout ce qui entoure et concerne les chemins vers Saint Jacques à travers toute la France. Aymeri Picaud détermine quatre hauts lieux de rassemblement et de départ vers Compostelle : Paris, Vézelay, Le Puy-en-Velay et Arles. Ces quatre routes sont encore celles que suivent les pèlerins d’aujourd’hui.

La route de Paris se dirige vers Tours, Poitiers, Blaye et Bordeaux. La route de Vézelay passe par Bourges ou Nevers, puis descend sur Saint-Léonard de Noblat. La route du Puy, suivie par l’évêque Godescalcq en 951, passe par Sauges, Aubrac, Conques et Moissac. Ces trois routes se réunissent à Ostabat, près de Saint-Palais avant de franchir les Pyrénées au col de Roncevaux. La route d’Arles passe par Saint-Gilles, traverse la Montagne Noire par Saint-Guilhem-le-Désert avant d’atteindre Castres et Toulouse ; elle franchira les Pyrénées au col du Somport.

En Espagne, la route aragonaise et la route navarraise se réuniront à Puente la Reina et à partir de là, il n’y aura plus que le Camino Francès qui par Logrono, Burgos, Léon et Astorga gagnera la Galice au Mont Cebreiro et enfin Compostelle. Le Camino Francès est ainsi appelé en raison de l’abbaye de Cluny qui a vraiment façonné ce chemin en y construisant des monastères, des églises et des hôpitaux pour pèlerins.

En ce début de troisième millénaire, face aux assauts de la surinformation qui n’aboutit qu’à créer en nous le vide mental de l’indifférence, le chemin de Saint Jacques, oublié peut-être durant les siècles rationalistes et matérialistes, a repris une force de transcendance et de spiritualité qui justement avait forgé son éclat aux 11e, 12e et 13e siècles. A l’homme stressé, matraqué par des séductions vaines, puériles, navrantes le camino de Santiago offre aux pèlerins une option de dépassement qui n’a rien à voir avec un tourisme commercial.

Le pèlerin d’aujourd’hui met ses pas dans les pas de tous ceux-là qui ont marché avant lui et qui ont forgé un grand chemin de foi, d’espérance, d’amour et d’amitié. Vous faites le chemin, mais c’est le chemin qui vous fait.

Sur ce chemin de Monsieur Saint Jacques, vous ne pourrez montrer aucun signe de richesse et le chemin vous insufflera l’humilité. Faire le pèlerinage, ce n’est pas seulement marcher jusqu’à Compostelle, c’est aussi marcher vers le dedans de soi-même. Vous allez accéder à la connaissance et tout d’abord à la connaissance de vous-même. C’est la raison pour laquelle il est dit que le Camino de Santiago est un chemin initiatique.

Mais à chacun son chemin !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2716 / 130141

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire de Saint-Jacques   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License